Votre rendez-vous hebdo sur les marchés financiers

Dimanche 3 mars 2024

Momentum — Europe : l'automne de tous les dangers

Simulez votre projet

Sélectionnez un ou plusieurs objectifs

Nous connaître

Le cabinet CAPITAL CROISSANCE, dirigé par Thierry MAILLY, diplômé d’un Master Gestion du Patrimoine Privé (Université de Bordeaux) et expert immobilier en valeur vénale ainsi que Sandra BAROU, diplômée d’un Master Ingénierie et Gestion de Patrimoine (Institut d’Administration des Entreprises de Bordeaux), vous accompagnent dans la mise en place de vos différents objectifs patrimoniaux : 

1 – Création de votre patrimoine puis valorisation, gestion et transmission 
2 – Diminution de votre pression fiscale 
3 – Préparation de votre retraite et revenus complémentaires 
4 – Protection de votre famille et avenir de vos enfants 

Fort de plus de 20 ans d’expérience, nous vous proposons des solutions adaptées à vos besoins et un suivi personnalisé. 
CAPITAL CROISSANCE est membre de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine (CNCGP – association agréée par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers)), dispose d’un statut CIF (Conseiller en Investissement Financier), IOBSP (Intermédiaire en Opérations de Banque et Services de Paiement) et d’une immatriculation à l’ORIAS (Assurance-Vie). 
C’est pour vous l’assurance de conseils avisés et encadrés par le biais de lettres de missions ainsi que de rapports écrits.

Thierry Mailly

Fondateur - Conseiller en Gestion de Patrimoine

Sandra Barou

Conseiller en Gestion de Patrimoine

Principaux partenaires

Compagnies d'Assurances

Sociétés de gestion

Actualités

Vidéos

Momentum — Europe : l'automne de tous les dangers

Le Dimanche 3 mars 2024

Dépendance à la Russie, échec de la transition énergétique, sabotage du nucléaire : l'Europe paie le prix fort de son ...

Lire la vidéo

Articles

Le Dossier du jour

Inflation : la Fed continue de serrer la vis monétaire

La Fed, la banque centrale américaine, a suspendu ses hausses de taux mais a jeté un froid sur les espoirs de baisses de taux à venir. La Fed prévoit de relever ses taux une fois de plus cette année et a revu à la baisse sa propre estimation des baisses de taux potentielles en 2024. Les membres du comité estiment désormais qu’il y aura deux baisses de taux au lieu des quatre initialement annoncées. Ils constatent que l’économie est sur une trajectoire plus forte que prévu et s’attendent à ce que les pressions inflationnistes se poursuivent.

Stratégie de la Fed face à l’inflation

En septembre, l’inflation a légèrement augmenté pour atteindre 3,7 %, tandis que l’inflation de base a continué à baisser pour atteindre 4,3 %. La décision de la Fed n’a pas été une surprise étant donné les récents développements économiques positifs. Le marché des obligations a réagi par une pentification de la courbe des taux, les taux longs ayant augmenté davantage que les taux courts.

Le rendement de l’obligation à dix ans a augmenté de 0,22 point de pourcentage pour atteindre 4,57 %. En septembre, ce taux avait augmenté de près d’un demi-point de pourcentage. Les marchés parlent désormais d’un maintien prolongé des taux d’intérêt à des niveaux plus élevés. La hausse des taux d’intérêt à long terme a également été alimentée par le risque d’un shutdown causée par des conflits budgétaires.

La menace d’atteindre la date limite sans solution est principalement due à l’opposition de l’extrême droite du parti républicain à l’adoption de tout projet de loi sur les dépenses nécessaires. Une prolongation temporaire de six semaines pour financer le gouvernement fédéral a été adoptée trois heures avant l’échéance. Dans le pire des cas, les conflits budgétaires récurrents menacent de remettre en question la solvabilité du plus grand débiteur du monde, les États-Unis.

La BCE resserre encore sa politique monétaire

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé ses taux d’intérêt de 0,25 point de pourcentage. Le taux de refinancement de la banque centrale est désormais de 4,5 %. La déclaration de Christine Lagarde, présidente de la BCE, a été ressentie comme plus modérée qu’auparavant, bien qu’elle ait exclu la possibilité d’une baisse des taux d’intérêt et qu’elle ait souligné que la politique monétaire continuerait à se resserrer.

Le financement dans la zone euro s’est également considérablement resserré à la suite des mesures prises pour réduire l’excès de liquidités. Actuellement, le marché ne croit pas que les hausses de taux d’intérêt se poursuivront. La baisse plus rapide que prévu de l’inflation en septembre a amélioré les perspectives de la zone euro.

Selon les données préliminaires, les prix à la consommation ont augmenté de 4,3 %, soit 0,2 % de moins que prévu. L’inflation de base a baissé de 0,3 % pour atteindre 4,5 %, ce qui est également supérieur aux attentes. Le taux directeur de la banque centrale a désormais atteint un niveau neutre par rapport à l’inflation actuelle. Il reste à voir si la hausse des prix du pétrole brut se répercutera également sur les prix à la consommation dans les mois à venir.

L’aversion au risque sur les marchés boursiers

Les marchés boursiers ont été plombés par diverses préoccupations automnales. Aux États-Unis, le risque de shutdown, la grève de l’industrie automobile et la fin de la période de remboursement des prêts étudiants ont alourdis l’incertitude. 

Aux États-Unis, un procès contre le prétendu monopole de Google a débuté. La Commission fédérale du commerce (FTC) a poursuivi Amazon, affirmant qu’elle détenait illégalement un pouvoir de monopole. Il faudra beaucoup de temps pour que les tribunaux prennent une décision dans les deux cas, mais, quoi qu’il en soit, il sera de plus en plus difficile pour les deux entreprises de maintenir leur position sur le marché, notamment en raison des nouveaux acteurs émergents dans le domaine de l’IA.

Inflation : la Fed continue de serrer la vis monétaire
« Le yuan chinois s’est rapidement affaibli »
Source : relayé par Evli

Les perspectives économiques de la Chine ont également été sources d’inquiétudes. L’économie semble continuer à s’affaiblir en raison de l’absence de mesures de soutien claires. Les changements en cours au sein du gouvernement central, les problèmes sur le marché de l’immobilier et les risques politiques tiennent également les investisseurs à distance. Le yuan a continué à s’affaiblir, son taux de change atteignant 7,3 par rapport au dollar. En revanche, les ventes manufacturières et les ventes au détail du pays ont légèrement augmenté en août.

Lire la suite

Afficher plus

Nous contacter